Histoires de Guaranis

Les forêts des Guaranis se trouvent au Brésil, au Paraguay et en Argentine.  Terre rouge, forêts habitées du divin et ciel bleu : nous roulons ici au milieu des papillons.

 

 

On doit à la rencontre des Guaranis et des Jésuites, au XVIIe siècle, le style “Baroque Guarani”.

 

 

Difficile de se faire une idée juste de la nature de cette rencontre : si les missions jésuites construites dans ces régions du Paraguay et de l’Argentine sont présentées le plus souvent comme un moyen, pour les Jésuites, de sauver les Guaranis des chasseurs d’esclaves portugais venant du Brésil, elles sont aussi parfois décrites comme la mise en esclavage déguisée des Guaranis ou encore comme l’éducation à la culture (à la religion, voire à l’humanité !) d’une population de sauvages. Dans ces “réductions”, deux Jésuites administraient une communauté de plusieurs milliers de Guaranis. En guise d’intermédiaires, des chefs Guaranis étaient élus, qui aidaient les Jésuites. L’espace des réductions était divisé en trois : les maisons des familles Guaranis et leurs lieux de travail (ateliers, vergers …), la place centrale où avaient lieu les fêtes, et enfin l’Eglise, les habitations des Jésuites et le collège.

La culture guarani, nous a-t-on expliqué, est fondée sur la parole et son pouvoir : récits et mythes se transmettent de génération en génération. Peut-être est-ce la raison pour laquelle l’éducation, pierre angulaire de l’entreprise jésuite, a pris ici comme médium les arts, et notamment la musique ? Par delà les interprétations de cette rencontre restent en tous cas les sculptures d’anges musiciens, l’art de fabriquer des instruments de musique et les morceaux de musiques, qui ont traversé le temps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>