Cuesta de Miranda

Nous voici dans la célèbre côte de Miranda. Comme toutes les “routes de la mort” d’Amérique du Sud, elle est étroite, le dénivelé est important et le précipice toujours trop près des roues. Bonus dans ce cas : les cactus. Une raison de plus, s’il en fallait une, de ne pas rater un virage !

D’ailleurs, parlons-en un peu, de ces cactus. D’abord, ils peuvent servir d’altimètre : ils ne poussent qu’à partir de 1300 mètres d’altitude. Et c’est très précis : pas de cactus à 1250 mètres. Ensuite, il y a proportionnellement plus d’eau dans un cactus que dans le corps humain (en fait, un cactus, c’est 80 à 90% d’eau). Et enfin, les épines … très pratique pour se protéger des animaux (même si, rien n’est parfait, le lama a les lèvres supérieures fendues, ce qui lui permet de s’attaquer quand même au cactus !) Mais surtout, les épines servent au cactus pour capter l’humidité de l’air. Et ainsi, il peut vivre et pousser de 1 cm par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>