Le fort de Samaipata

En haut d’une montagne se dresse un rocher de 220 mètres sur 60, sur lequel se lisent les traces d’un lieu de prière ancien (300 après JC), réutilisé ensuite par les incas : des écailles de serpent, un puma, un jaguar, des niches dans lesquelles se trouvaient des statues et des momies. Les canaux et récipients laissent penser qu’il s’agissait aussi d’un lieu de sacrifice. Tout n’est pas compréhensible, mais le site est grandiose, surplombant d’autres montagnes vertigineuses. En contrebas, l’Empire incas avait installé le siège administratif de la région. On appelle ce centre cérémoniel “le fort de Samaipata” parce que les Espagnols s’en servirent comme place forte sur la route allant de Santa Cruz aux mines de Potosi.

 

 

 

La descente du fort jusqu’à la rivière en contrebas :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>