Non, nous ne vivrons pas nus en Terre de feu

2014-01-21 Ushuaia 04220 au 22 janvier – Nous passons la frontière entre Chili et Argentine sur un poste ouvert seulement une partie de l’année, au centre du pays. Entre les deux postes : une rivière à traverser. Sur la route, au milieu de nulle part, nous trouvons un restaurant : c’est la cantine d’une scierie. Nous sommes plus que contents de nous mettre au chaud et de manger en compagnie des gens qui travaillent ici. C’est qu’il fait froid … sous-vêtements thermiques, doudoune et gants chauffants sont plus que nécessaires ici !

Les kilomètres et les paysages défilent sur une très belle piste ; bientôt, nous voyons l’océan atlantique.

C’est ensuite Tolhuin, au bord du lac Fagnano. Le camping reprend le thème de la fête du Hain chez les Selk’nam, qui vivaient ici avant que les colons ne s’y installent. On peut voir des photos d’adolescents et d’adultes entièrement nus, certains le corps peint et/ou portant des masques, passant ou organisant les épreuves qui mènent à l’âge adulte ( pour voir les photos : http://pueblosoriginarios.com/sur/patagonia/selknam/hain.html). Avec une vue imprenable sur le lac et les montagnes qui rompent la monotonie de la steppe, de grands tipis en bois protègent les campeurs du vent comme dans l’ancien temps. Nous retrouvons avec plaisir les campeurs argentins : une famille nous offre l’asado (une viande cuite au feu de bois) et nous invite à les visiter dans une ville avoisinante, Rio Grande. Ils sont venus passer un dimanche en famille au bord du lac.

2014-01-22 Ushuaia 015A Ushuaia, c’est enfin le canal de Beagle – un moment d’émotion. Nous y profitons aussi de la chaleur des argentins : nous allons frapper chez l’ami d’un ami de Buenos Aires et en ressortons couverts de cadeaux. Nous suivons ses recommandations pour passer les deux jours suivants à randonner dans le parc de la Terre de feu.

Le paysage a complètement changé : alors qu’au nord de la terre de feu il s’agit – en dehors de la forêt qui borde la côte – d’une steppe couverte d’herbe et de rares petits buissons, la ville d’Ushuaia est toute entourée de chaînes de montagne qui brillent sous le soleil (quand il se décide à percer). Nous bivouaquons dans le parc : petit-déjeuner au soleil, seuls dans la baie de Lapataia où se finit la route n°3, observation des castors qui peuplent le parc, marches dans la tourbe… Quelques couples de castors ont été introduits et se sont reproduits ; sans prédateurs, ils ont vraiment beaucoup abîmé les forêts de la Terre de feu. Ils font des barrages et construisent dans les lacs ainsi créés leur nid et leur réserve de nourriture. Entre Ushuaia et Tolhuin, nous voyons beaucoup de bois mort : castors et incendies sont une véritable plaie, et les trois espèces d’arbre qui poussent ici mettent très longtemps à grandir à cause du vent.

2014-01-21 Ushuaia 053Nous qui ne quittons pas notre bonnet, nous sommes vraiment bluffés quand nous apprenons que lorsque les colons sont arrivés dans le canal de Beagle, ils ont trouvé des hommes qui vivaient nus (des sauvages, disait Darwin) : les Yamanas. Eté comme hiver, ils se déplaçaient dans des canoës qui abritaient un petit feu leur permettant de se chauffer et de se sécher. A chaque arrêt sur la terre ferme, le feu du canoë leur permettait d’allumer un plus grand feu dans leur abri. L’appellation « terre de feu » vient d’ailleurs de tous ces feux que les colons voyaient dans la baie. Certes le métabolisme des Yamanas était différent du nôtre, mais quand même : comme les hommes arrivent à s’adapter à des environnements naturels vraiment hostiles ! Par contre, les Yamanas n’ont pas survécu à « la civilisation » : les tentatives des colons pour les habiller, les cultiver et les civiliser ont conduit à leur disparition complète. Un exemple : les Yamanas étaient lavés par la pluie (donc au moins quatre douches par jour !) et séchés par le feu. Mettre des vêtements était sans doute plus décent du point de vue des colons, mais cela n’a pas apporté plus de bien-être aux Yamanas : porter ces vêtements – souvent déjà usés par les colons – a causé de graves problèmes d’hygiène et de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>