Cañon del pato

19 avril – Nous redescendons sur la côte par le “canyon du canard”. Les flancs abruptes de la cordillère blanche et de la cordillère noire se resserrent, jusqu’à presque se toucher. Jusqu’à l’océan, nous suivrons le cours d’eau du canyon, d’abord torrent de montagne, puis grande rivière qui permet d’irriguer par un vaste réseau de canaux les cultures des plaines côtières arides.

 

Dans le canyon, la route n’est que succession de tunnels creusés dans la paroi rocheuse et entrecoupée d’à-pics plongeant sur le torrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>