Mashhad

IMG_32961er au 4 novembre – Mashhad, c’est pour nous la porte d’entrée dans un univers extra-ordinaire. Nous y arrivons pendant les célébrations de l’Achoura, extrêmement importantes pour les musulmans chiites, et qui marquent la fin de deux mois de deuil. Partout en Iran, on commémore le martyre de Hussein ibn Ali, petit fils du prophète, mort pendant la bataille de Kerbala. Les drapeaux noirs qui flottent le long des routes et dans le moindre petit village nous donnent l’impression d’être entrés dans un pays corsaire.

Après La Mecque en Arabie Saoudite et Kerbala en Irak, Mashhad est le lieu de pèlerinage le plus important pour les musulmans chiites : c’est ici que fut empoisonné et est enterré le huitième imam des chiites (Imam Rezâ). On y soigne donc particulièrement les célébrations, qui ont tout d’une fête foraine macabre : des néons aux lumières blafardes ou aux couleurs criardes, des porte-drapeaux qui se contorsionnent au son des prières, la musique qui sature dans les mégaphones, les gens qui déambulent dans les rues – les femmes en ombres noires – les petits stands où l’on propose du thé ou de la nourriture, les affiches qui représentent le martyr et le son des tambours qui marquent le rythme des auto- flagellations des pèlerins. Nous croisons aussi des reconstitutions des cercueils des martyrs de l’islam portés par les fidèles.

Pour cette occasion, un plat est spécialement préparé (du cholet) dans d’immenses chaudrons, et distribué gratuitement dans la rue ou dans les restaurants. Pendant Achoura, tout le monde veut partager son cholet, ce qui peut provoquer des scènes cocasses. Le jour du départ, alors que Greg attend Cat sur le bord d’une autouroute (bondée) à 6 voies, une voiture freine puis fait une marche arrière de 200 mètres (toujours sur l’autoroute, hein, tranquille). Une famille en sort… ouvre le coffre… sort un tupperware… « nous avons une spécialité à Mashhad pour Achoura, c’est pour vous. – Oh, ça alors, du cholet, merci ».

IMG_3289A cette ambiance s’ajoute l’accueil de Masoud et de ses amis. Selon les règles de l’hospitalité iranienne, il nous chouchoute et se met en quatre pour combler tous nos désirs. Il nous rend toutes les traditions de l’Achoura accessibles et nous ouvre les portes de l’art iranien.

Architecte érudit, il nous emmène voir la mosquée et le mausolée, de nuit, à notre arrivée. Le site est immense. Les cours géantes se succèdent, toutes richement décorées. Il est presque minuit et les salles sont encore pleines de monde, discutant ou priant : près de 2 millions de pèlerins viennent pendant ce week-end prolongé de l’Achoura et le site reste ouvert en permanence. La salle du mausolée est paticulièrement émouvante : psalmodies, mouvement des hommes et des femmes en prière… sur le tombeau immense glissent des mains, sont déposés des baisers et formulés des souhaits. Les plafonds immenses en miroirs finement ciselés achèvent de nous faire perdre nos repères.

Amateur de musique, Masoud apprend à Cathy une chanson populaire iranienne qui parle d’une fleur de pierre emprisonnée dans le désert. Il nous apprend aussi à cuisiner le Khoresh Gheymeh : bref, une initiation à l’art de vivre en Iran.

Un peu à l’écart de la ville pour rester discrets (les fêtes profanes – y compris les anniversaires – sont interdites pendant le temps de l’Achoura et les deux mois de célébrations qui l’entoure), nous rencontrons ses amis. Des airs de violon, de Tas (un tambour) et de ukulélé raisonnent dans la nuit.

Nous serions bien restés beaucoup plus longtemps à Mashhad, mais un avis météo annonce de la neige : après 4 jours passés à profiter de la compagnie joviale de Masoud, de Zahra, de Farid, de Sadra, de Erfan et de tous les autres, il est temps de se mettre en route vers le sud.

Vous pourriez être intéressé par les articles suivants :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>